mercredi 8 septembre 2010

RESUME 82/1-2/01

MOUILLEBOUCHE (Hervé), Un autre mythe historiographique : le sac d'Autun par les Sarrasins.


Tous les ouvrages sur le haut Moyen Âge, même les plus sérieux et les plus récents, continuent de présenter comme une vérité établie que les Sarrasins ont brûlé Autun en 725 ou 731. Pourtant, il suffit de relire les sources avec un minimum d’esprit critique pour constater que ce fameux sac n’est attesté que par des sources tardives, et que les sources contemporaines de la bataille de Poitiers montrent sans ambages que l’avancée des Arabes dans la vallée du Rhône n’a jamais dépassé Avignon. Le second continuateur de Frédégaire permet tout au plus de penser que si Autun a subi un sac vers 731, ce ne pouvait être que du  fait des armées de Charles Martel, pas de celles d’Abd Al Rahman. La première mention d’un sac par les Sarrasins, habilement placé le jour de la fête du martyr d’Autun, se trouve dans les annales de Flavigny et dans la chronique dite de 741, recopiée pour la première fois entre 804 et 816 à Flavigny dans le manuscrit Scalinger 28, aujourd’hui conservé à la bibliothèque de Liège. Cette référence, recopiée ensuite dans la fameuse chronique dite de Moissac, apparaît donc 70 ans après les faits, dans une entreprise de réécriture et de justification de l’épopée carolingienne, qui n’était pas à une approximation près pour faire oublier les exactions de Charles Martel. Toutes les autres références au sac d’Autun sont des manipulations historiographiques comparables, alors que les sources arabes, souvent tardives et tout aussi tendancieuses, n’osent même pas imaginer que le dar al Islam ait pu atteindre Lyon.